gtag('config', 'UA-147521085-1', );

SPIRITUS FIAT UBI VULT « l’ESPRIT SOUFFLE OU IL VEUT »

(Hommage à Armand Salomon architecte d.p.l.g – urbaniste d.i.u.p)

Loin du Mont Fébé[1], loin de Montrouge, un peu plus près d’Igney et de Thaon-Les-Vosges, à Remiremont dans les Vosges, ce vingt-six novembre deux mille vingt et un, l’esprit d’Armand Salomon a soufflé dans mes oreilles. Armand est mort il y a quatre mois à peine, me dit Christophe Aubertin, un confrère et ami architecte. Non… lui dis-je ! Sans rien ajouter d’autre. Il me vient à l’esprit cette phrase : l’esprit ne meurt jamais. Armand Salomon est un esprit, une manière d’être au monde, une façon singulière de construire.

Qui est Armand Salomon ?

Quelques œuvres d’Armand Salomon au Cameroun

Armand Salomon est un nom associé au qualificatif architecte. Je l’ai lu pour la première fois, il y a bien des décennies, sur un panneau de chantier à Yaoundé au Cameroun. Ce pays, l’Afrique en miniature comme le disent si bien les kamers[2], a obtenu son indépendance le premier janvier 1960, pendant les décennies qui ont suivies, il y a eu une frénésie constructive dans la capitale et les grandes villes en région. Les enfants nés dans les années 60 et 70, ont vu de nombreuses constructions sortir de terre, par la suite, certains en ont eu la vocation. Soit. Armand Salomon, Clément-Olivier Cacoub, Nsangué Akwa et Doualla Bell, et bien d’autres, de tous ces architectes, beaucoup d’entre nous, enfants des quartiers, élèves des collèges et lycées, nous ne connaissons que leurs réalisations. Pas une seule fois les journaux nous ont montré leurs images. Ai-je croisé Armand Salomon incognito dans les rues du quartier Bastos, ou encore près du marché central ? Je n’en sais rien. Nous étions quelques-uns, collégiens et lycéens passionnés d’architecture, à commenter, critiquer, à notre manière, dans la cour de récréation, les réalisations d’Armand Salomon, de Clément-Olivier Cacoub et Nsangué Akwa. Que savions-nous d’eux ? Pas grand-chose. Rien en fait. Mais ils nous faisaient rêver. Leurs visages nous étaient inconnus, contrairement aux idoles des jeunes, chanteurs, footballeurs et stars de cinéma, reconnaissables dans une foule de milliers de personnes, comme Pelé, Roger Milla, Jo Bessala, Manu Dibango, Fela Kuti, Claude François, Bruce Lee, Annie Girardot… même Brigitte Bardot. Leurs images étaient dans tous les magazines et journaux. Si Abel Mbengué et Jean-Claude Ottou étaient des voix identifiables de radio Cameroun, Armand Salomon, était le souffle, l’esprit créatif d’une époque ; sa singularité se manifestait dans ses bâtiments. A mon sens, par humanisme, il avait aussi épousé la volonté d’une nation naissante de faire son unité. Il en était l’un des acteurs, son travail, un des facteurs de la
cohésion nationale.

Alors, à Douala au lycée Polyvalent de Bonabéri, les pro-Salomon et les pro-Cacoub se battaient, à coup d’arguments, tel a un coup de patte meilleur que l’autre…. Des discussions interminables qui correspondaient à la rivalité entre les supporteurs du Canon de Yaoundé et de l’Union de Douala. Ceux du Canon étaient en majorité pro-Salomon…. Cela frisait l’idolâtrie. Quant à moi, j’analysais silencieusement, projet après projet, les réalisations d’Armand Salomon, sans savoir qui il était. Mais de jour en jour, de plus en plus, j’étais habité par cet esprit créatif. Armand Salomon est un esprit, un souffle, mais aussi un sapin des Vosges qui s’est mué en okoumé en prenant racines sur le sol de la Rome équatoriale[3] : une improbable métamorphose, mais en réalité bien heureuse.

Qui connaît Armand Salomon ?

Le temps a estompé les souvenirs de ces années frénétiques. J’ai quitté Douala et Yaoundé, je suis devenu architecte. Ainsi, le destin et le hasard de la rencontre amoureuse m’ont amené à vivre et travailler à Thaon-les-Vosges. Un jour d’octobre 2017, un client me téléphone et me dit, pouvez-vous passer me voir ? J‘envisage d’acheter une maison et j’aimerais avoir votre avis. Je me présente au rendez-vous, il me montre les photos de la maison, je la reconnais, elle est située près de la poste de Thaon, au bord du canal. Nous abordons le cadastre, le règlement d’urbanisme de la commune, puis mon client me dit ceci : le propriétaire est un vieux monsieur, il est architecte, il a beaucoup construit en Afrique. Dans quel pays, je lui demande ? Je ne sais plus, me dit-il. Puis il sort d’un tiroir de son bureau, un folio et me le tend en disant : voici une partie de son travail. Grande fut ma surprise. Subitement, je reconnais l’Hôtel de ville de Yaoundé en couverture. Je m’exclame : mais c’est Armand Salomon ! Je suis saisi par une fièvre, un tremblement, transporté par une force transcendantale. Je prends rapidement congé de mon client et je me dirige à toute vitesse vers la maison en question. Devant le portillon, je sonne, sonne, encore et encore, personne ne vient m’ouvrir ; mais je constate qu’il y a quelqu’un dans la maison. De retour en fin de matinée à mon domicile, je cherche le numéro de téléphone dans l’annuaire, puis j’appelle, une dame me répond : « puis-je parler à Monsieur Armand Salomon ? Je suis architecte né à Douala au Cameroun, j’habite ici à Thaon depuis 1997…… ».
Après la déclinaison de mon identité, le rendez-vous est pris dans l’après-midi. Moment inoubliable pour moi. Nous avons passé de longues heures à évoquer le temps du Président Ahidjo, les projets et les réalisations, les anecdotes, le regret de s’être manqué depuis ce temps, et pourtant si proche l’un de l’autre. Nous avons aussi abordé le silence que les gens d’ici ont posé sur son œuvre. Même l’école d’architecture de Nancy se rend involontairement complice de l’oubli d’une œuvre si singulière. On parle souvent des frères André, -avec qui il a collaboré, si mes souvenirs sont exacts jamais son nom n’est évoqué dans les conversations. Nous devons réparer cela. Faire connaître son œuvre. Promesse ou vœu pieux ? La vie continue. Nous y travaillons !

Que nous laisse Armand Salomon ?

Armand Salomon a bâti le Cameroun, il nous a laissé plusieurs bâtiments en forme de testament. Ces réalisations prennent aujourd’hui une valeur commémorative, en plus de leurs qualités artistiques intrinsèques. La dernière fois que je suis allé à Yaoundé, j’ai eu l’occasion de revisiter le ministère des finances. Dès le hall d’entrée, baigné de lumière, l’escalier majestueux vous aspire sans effort vers les étages. Une sensation de plénitude, de bien être, vous submerge. Dans ce bâtiment, il y a le génie de la composition spatiale de Pingusson, la plastique du mouvement moderne et la spiritualité des gens d’Ongola[4]. Naturellement, le petit garçon que suis resté est transporté dans l’entre-temps, une expérience synesthésique. Alors je me vois dans la cour de la maison familiale jouant à Armand Salomon -bâtissant des villes de sable et d’eau- comme d’autres jouent aux cow-boys et aux indiens, à Tarzan, aux chevaliers…
Armand Salomon, par sa vie, son exercice de la profession d’architecte, nous a inlassablement livré, projet après projet, une leçon d’architecture, une leçon de vie, une manière d’être et de dire le monde. Mes amis, mes confrères et consœurs du Cameroun, mes chers kamers, je viens vous dire que, notre père en architecture, Armand Salomon n’est plus. Il s’en est allé vers les voûtes célestes, en quête ultime de la volupté. La paix éternelle. «L’esprit souffle où il veut ». L’esprit ne meurt jamais. Je suis Armand Salomon, je le serai tant que je vivrai, tant que le soleil se lèvera sur le Mont Fébé, tant que ses réalisations seront visibles, tant que l’ombre de la maison de Thaon se couchera sur les eaux calmes du canal des Vosges, il vivra et son esprit, continuellement nous guidera.

Julien King-Georges, Architecte PDLG

Julien King-Georges architecte d.p.l.g Thaon-Les-Vosges le 27 novembre 2021 0 h 30.

 

[1] L’une des 7 collines de Yaoundé la capitale du Cameroun

[2] Camerounais, une manière familière de se reconnaître comme enfant du Kamerun

[3] La ville équatoriale aux 7 collines, un portrait poétique de la capitale du Cameroun

[4] Nom d’origine de la ville de Yaoundé, Ongola, Ngola, par extension le pays tout entier

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS