gtag('config', 'UA-147521085-1', );

REGARD RÉTROSPECTIF SUR L’ARCHITECTURE ALLEMANDE AU CAMEROUN

Par: Edith Flaure MIPO TCHINKOU, Architecte-Urbaniste

Introduction

Dschang est une ville historique et aujourd’hui universitaire étroitement liée à l’histoire de la colonisation allemande au Cameroun en général et à l’Ouest en particulier. La première mission allemande conduite par Eugen Zingraff y arrive en 1895 et une région militaire dirigée par le colonel Hunter y est installée. En 1903, Dschang devient une ville administrative et civile dirigée par le commissaire de district Emil Rausch (1877-1914). Sur le plan patrimonial et architectural, la ville de Dschang regorge de nombreux édifices qui à travers leurs fonctions, leurs systèmes constructifs et les matériaux, rappellent aux observateurs avertis le passé colonial allemand.

Paroisse Sacré-Cœur de Dschang (le presbytère)

Paroisse Sacré-Cœur de Dschang (le presbytère

Cette paroisse catholique a été construite par des pères Pallotins allemands avec une architecture de style Gothique en 1912. Elle sera réaménagée par le père Roblot de nationalité française en 1931.

Elle fait partie des constructions allemandes qui ont régulièrement subi des réhabilitations, raison pour laquelle elle a gardé son authenticité et son originalité après plus d’un siècle. Il faut noter que ce presbytère n’a jamais changé de destination. Il a toujours servi de maison d’habitation. La case qui servait de paroisse à cette époque allemande avait été détruite et la grande chapelle construite comme l’indiquent les images. Les pères Pallotins s’installent à Dschang en 1906.

C’est le 10 octobre 1910 que le père Wienold et Mgr Victor quittent Douala pour se rendre à Dschang. Peu après leur arrivée, ils rencontrent NELO, le Chef Foto, qui leur offre un terrain de 59 hectares 55 ares 1 centiare5 situé au quartier Sinteu (Nord-Est de Dschang).

Paroisse sacré cœur de Dschang

L’hôpital de District de Dschang

Bâtiment d’accueil de l’hôpital de District de Dschang

Ce qui sert aujourd’hui d’« Hôpital de District de Dschang », a été entre 1903 – 1916, « Hôpital de subdivision administrative du territoire allemand », sous la direction du Groupe d’administrateurs Allemand œuvrant pour le Développement. Ce groupe était constitué de ZINGRAFF, HAUP MAN-RAUCH, « Man Joell Kwai/Gustave Conrau », Lag Feld et Zeim (prêtre). Les matériaux ici utilisés sont la brique de terre, pierre, bois, vitre, tôles, Etc. Cette architecture essentiellement allemande se caractérise par sa véranda et ses arcades ouvertes. Un imposant escalier d’entrée, la hauteur de la fondation, les ouvertures dont les dimensions permettent d’assurer une ventilation et un éclairage naturels, une hauteur sous faux plafond assez illustrée, et les épaisseurs de murs assurant une bonne isolation thermique et acoustique.

 

Ce bâtiment présente de nos jours d’infimes réaménagements qui n’ont aucunement altéré son authenticité. L’extension de cet hôpital en 1956 peut se voir à travers le bâtiment sur deux niveaux à l’arrière, inauguré par M. Ahmadou Ahidjo (Vice-Premier Ministre du Gouvernement camerounais) le 28 novembre 1957. Cette extension a été réalisé par l’entreprise « MON VOISIN » et suivi par le tout premier Ingénieur des Travaux de Ponts et Chaussées en Afrique central, WANKO Samuel, assassiné le 13 décembre 1957 à Batoufam.

 

 

Conclusion

Il faut dire à la fin de ce travail que les Allemands ont suffisamment investi sur le plan du développement pendant la période coloniale, même si ce passé reste douloureux et inoubliable dans la conscience des camerounais, surtout ceux de la jeune génération qui en veulent à ces derniers d’avoir contraint les parents et grands-parents aux travaux forcés. Ce qu’il faut retenir aujourd’hui est que les réalisations allemandes au Cameroun, furent-elles en pierre, brique de terre, béton, verre, … ne relèvent pas de la seule gloire de ceux-ci, mais aussi et surtout de la vigueur et du travail dur des nôtres qui s’y sont investis

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS