gtag('config', 'UA-147521085-1', );
DISCOURS DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE LA RÉGION DE L’OUEST REPRÉSENTÉ PAR LE CHEF DE DIVISION DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES, SOCIALES ET CULTURELLES DE SES SERVICES

CEREMONIE D’OUVERTURE DU FENDA, MERCREDI 27 JANVIER 2021

  • Monsieur le Préfet du département de la Mifi;
  • Monsieur le président du conseil régional représenté;
  • Monsieur le Maire de la ville de Bafoussam;
  • Honorables membres du parlement;
  • Monsieur le Sous-préfet de Bafoussam Ier;
  • Madame la représentante de l’UNESCO;
  • Monsieur le Maire de la Commune de Bafoussam Ier;
  • Monsieur le Délégué départemental des Arts et de la Culture;
  • Madame et messieurs les représentants des administrations sectorielles;
  • Madame la Présidente du comité d’organisation, promotrice du FENDA;
  • Leurs majestés, Dépositaires de la Tradition;
  • Dignitaires religious;
  • Distingués invités;
  • Mesdames et messieurs chers festivaliers

C’est pour moi un réel plaisir doublé d’un immense privilège de me retrouver parmi vous à l’occasion de l’ouverture du (FENDA) 2021 entendu Festival National NDOP, dans cette somptueuse salle de conférence des services du Gouverneur en ce 27 janvier, jour que Dieu fit, à l’effet de présider en lieu et place de l’Autorité empêchée,  la  cérémonie solennelle y afférente, ceci bien évidemment en présence de tout le gratin artistico culturelle de la Région de l’Ouest.

La solennité d’une telle circonstance m’amène avant tout propos, à vous présenter les sincères excuses de son Excellence AWA FONKA Augustine, Gouverneur de ladite Région, lui qui a bien voulu être des vôtres, mais qui pour d’innombrables autres préoccupations inhérentes à sa haute charge, et surtout ne jouissant pas du don d’ubiquité, se retrouve ailleurs. C’est pour cela qu’il m’a mandaté pour le suppléer à la conduite des activités liées à cette cérémonie dont l’importance n’est plus à démontrer.

Au demeurant, je vous remercie tous et chacun ici présents, d’avoir répondu massivement à l’appel de cette rencontre pour magnifier la tenue traditionnelle du peuple bamiléké, j’ai nommé le NDOP qui au fil du temps et de manière progressive, imprime indubitablement un signe indélébile dans l’embellie de l’évolution de notre patrimoine culturel aussi riche que varié. D’ailleurs, cette tenue est depuis le 21février 2020, reconnue par l‘UNESCO comme élément du patrimoine culturel immatériel du Cameroun.

Qu’il me soit ensuite permis de témoigner ma gratitude à monsieur le Maire de la ville de Bafoussam, dont j’ai suivi avec une attention particulière, le mot de bienvenue empreint d’aimables et chaleureuses paroles qu’il vient de prononcer à mon endroit ainsi qu’ à l’égard de l’importante délégation qui m’accompagne.

Je voudrais dans la même veine, saluer ici la participation remarquable d’un grand nombre d’exégètes des arts et de la culture, des magnats de l’organisation et bien sûr,  des mécènes aux libéralités avérées, à cette grande parade artistico culturelle. Une présence symbolique, qui témoigne de l’intérêt ô combien particulier que vous portez aux questions qui concernent la sollicitude et le soutien de l’esprit d’abnégation, d’ardeur au travail, de créativité, et d’entrain entrepreneurial.

Je n’occulterai cependant pas l’entregent de monsieur le Délégué régional des Arts et de la Culture à qui j’adresse tous mes encouragements et par ricochet à ses collaborateurs, pour le travail acharné accompli de par l’accompagnement et le suivi au quotidien des acteurs de leur sphère de compétence, en vue de l’amélioration de leurs prestations.

Que dire de madame la présidente du comité d’organisation du FENDA, cette fête culturelle dont nous célébrons avec faste, magnificence et solennité, la première édition en cette aube de l’an de grâce 2021. Elle qui a su mettre en toute maestria, les petits plats dans les grands à travers des efforts consentis dans l’organisation et la mise sur pied des différentes commissions techniques de travail. Madame la présidente, soyez en remerciée.

Mesdames et Messieurs

Sans rester insensible aux implications multiformes des chefs traditionnels dépositaires incontestés du patrimoine culturel et de nos traditions ancestrales et dont les actions diverses dans l’organisation ont apporté une plu value au succès de la présente rencontre d’une importance majeure, je dis simplement bravo. Votre synergie d’actions nous a impressionné et appelle notre reconnaissance pour le travail merveilleux accompli avec abnégation. Majestés, daignez recevoir les compliments appuyés de monsieur le Gouverneur, vous qui avez tout mis en œuvre pour le succès de ce rendez-vous du donner et du recevoir dans notre Région, votre terroir.

Je n’occulterai cependant pas les prouesses des acteurs des sous-secteurs supra magnifiés à l’endroit de qui je ne tarirai pas d’éloges, pour les différentes prestations de haute facture présentées par le passé lors des salons artistiques et autres festivals organisés ici et même ailleurs, à l’issue desquels nous avons remporté d’importants lauriers, pour avoir égayé nos sens intellectualisés et dont les lettres de noblesse méritent d’être réenflammées.

Enfin, et avec déférence, je voudrais au nom de toute la Région, manifester notre reconnaissance à l’égard de Monsieur le Ministre des Arts et de la Culture, initiateur aussi bien des festivals et foires que des salons culturels, sans faire fi de leur mise en exergue qui fédère en un événement inédit, lui qui a si bien voulu redynamiser les sous-secteurs supra mentionnés jadis peu courus dans notre Région. Il leur a de facto insufflé ce nouvel air visible qui réveillera à coup sûr en nos concitoyens, une autre vivacité, une autre inspiration, un autre talent, j’allais dire d’autres nouvelles idées des jeunes en perpétuelle quête d’horizons florissants.

En plus clair et pour illustration, le Président de la République son Excellence Paul BIYA que je cite, relève clairement dans pour le libéralisme communautaire, que la vie culturelle du pays ne doit pas se limiter à la capitale ou aux grandes villes. Il est donc important de prendre les mesures nécessaires pour fournir des centres culturels aux différentes unités administratives où les cultures locales sont cultivées afin d’améliorer notre culture nationale en évolution.

Chers artisans, exposants et promoteurs culturels

Je m’en voudrais infiniment de quitter la tribune qui m’est offerte sans vous rendre du fond du cœur, un vibrant hommage à vous tous venus des Bamboutos, des Hauts-Plateaux, du Haut-Nkam, du Koung-khi, de la Menoua, de la Mifi, du Ndé et bien entendu du Noun, pour votre engagement solennel à porter haut, l’étendard de ces secteurs d’activités tant sur notre terroir que sur l’étendue du territoire national et même pas au-delà des mers.

S’il est évident que la Région de l’Ouest s’avère incontestablement un vivier d’éclosion de la tradition, il n’en demeure pas moins que l’aire culturelle grassfields a attendu longtemps pour matérialiser ce festival  qui exalte un tissu emblématique nous unissant tous. Cette ouverture du FENDA arrive à point nommé comme, pour redynamiser les talents ensommeillés, renforcer le potentiel existant et consolider l’idéal de l’osmose autour d’une galaxie d’éléments artistico culturels, visant in fine, à harmoniser les prestations et performances vestimentaires depuis Rio 2016 date à laquelle l’équipe camerounaise a arboré cette tenue.

Mesdames et messieurs

Le Ndop n’étant ni seulement le coloriage bleu et blanc que nous connaissons tous, ni juste un tissu dont le secret de la fabrication est préservé depuis des millénaires; mais l’ensemble de toutes les graphiques qui vont de Foumban a Bafoussam pour former la somptueuse coiffe rationnelle que l’image du Cameroun porte élégamment sur sa tête comme une éclatante parure en vue de mériter sa prestigieuse place sur le forum par excellence de l’art africain et mondial. C’est ainsi que la marque des hommes éléphants, la griffe du lion et la dualité des taches de panthère, symbolisent respectivement la grandeur de nos royaumes, la royauté, et la magnanimité, sans occulter le courage et la bravoure qui y majestueusement sont adjoints.

Tout en me réjouissant de votre choix du site que je qualifie de judicieux, je voudrais au nom de monsieur le Gouverneur et en vertu du devoir de représentation qui m’est dévolu, souligner à grand trait, l’intérêt accordé par le gouvernement de la République, aux questions liées aussi bien aux traditions qu’a leurs dérivés culturels et patrimoniaux dans notre pays en général et dans notre Région en particulier, qu’à l’amélioration de la qualité des prestations y afférentes et donc, aux performances des acteurs invités à mériter notre confiance sans décevoir nos attentes.

Fort de cela, je vous exhorte tous à une application inconditionnelle, à une préservation indéfectible et à une vigilance olympienne tout au long de cette fête artistico culturelle pour la sauvegarde de ce tissu traditionnel qui plaît tant aux touristes afin de pouvoir capitaliser les enjeux qui y seront présentés, dans le strict respect des mesures barrières savamment élaborées par l’OMS et légalement édictées par le gouvernement, afin d’éviter la propagation de la COVID 19 dans notre terroir.

Je vous réitère par ailleurs mon incitation à une participation effective de par des prestations éclatantes, au cours des mises en scène qui vont suivre, en vue de l’appropriation individuelle  des lauriers ô combien propices à votre épanouissement futur dans le domaine.

C’est sur cette note d’espoir bardée d’invite à un engagement collectif, que je déclare au nom de monsieur le Gouverneur empêché, ouvert le festival national ndop 2021 dans un contexte marqué par la riposte conjointe contre la COVID 19 ce 27 janvier 2021, ici même à Bafoussam.

Vive le FENDA 2021!

Vive le festival!

Vive la Région de l’Ouest!

Vive le Cameroun et son illustre chef son Excellence Paul BIYA !

Je vous remercie de votre bienveillante attention

 

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS