gtag('config', 'UA-147521085-1', );

Que retenir de ses œuvres au Cameroun???

Armand Salomon est un architecte français qui a marqué de manière indélébile le paysage urbain camerounais par ses œuvres architecturales qui restent atemporelles.

Pour ceux qui connaissent les traits caractéristiques de l’architecture d’Armand Salomon, pas besoin de trop chercher pour remarquer ses réalisations dans les villes de Yaoundé, Douala, Garoua, Bafoussam et Ngoundéré. Il a su faire simple par ce temps de modernisme en Architecture, et quelques fois s’inspirant de nos éléments culturels pour faire de ses œuvres de vrais marqueurs de l’histoire.

L’immeuble des Postes et Télécommunications, de la CNPS, le bâtiment initial du Minrex, la BEAC de Bafoussam, la Grande mosquée de Ngaoundéré, l’hôtel de ville de Garoua, voilà quelques unes de la pluralité de ses actions allant du logement au culturel, en passant par l’administration, l’éducation et le commerce.

Aujourd’hui à la retraite (depuis le 26 décembre 1994),il vit une vie plus ou moins tranquille auprès dans le quatorzième Arrondissement de Paris.

Armand Salomon, numéro 03 inscrit au tableau de l’ordre des architectes du Cameroun, est un architecte étranger qui a su allier modernité et éléments culturels pour faire de ses réalisations une architecture intemporelle dans le paysage urbain camerounais.  A la question de savoir pourquoi et comment a-t-il porté une attention particulière sur la valorisation des éléments du patrimoine culturel et l’usage des matériaux locaux, il ressort qu’il a eu une relation toute particulière avec le tout premier architecte camerounais formé dans une école d’architecture, en la personne de MOUKOURI MOUELLE de regretté mémoire.

De nos échanges avec l’architecte EDOUARD DIN, l’un des doyens de ce corps de métier au Cameroun, il nous a fait savoir qu’Armand Salomon avait été le dessinateur de Moukouri Mouelle avec qui il a travaillé pour un moment.  C’est ébloui par le talent du jeune de l’époque qu’il l’enverra à l’école d’architecture en France. Malheureusement, à son retour de la France, son mentor est décédé. C’est à cause de la disparition précoce de Moukouri qu’il ne figure pas dans le tableau de l’ordre mis sur pied par le défunt SANGUE AKWA quelques année plus tard.

Il est important pour la jeune génération de rendre un hommage bien mérité à ce patriarche dont les œuvres restent un symbole au Cameroun. Aujourd’hui épuisé par le poids de l’age, Armand Salomon désire faire entrer ses réalisations dans le patrimoine en les numérisant.

L’architecture est appelée à s’inspirer du passé pour mieux construire le présent et mieux préparer le futur. C’est dans cette optique qu’il s’avère nécessaire, voire indispensable de se pencher sur les œuvres de ce grand homme, sans oublier les autres architectes qui ont fait et continuent à faire leurs preuves au Cameroun et en Afrique.

Qu’est-ce que la jeune génération fait de ces travaux qui malgré leur longévité, constituent une partie importante de l’histoire de notre pays et surtout de l’histoire de l’architecture dans notre pays ???
Les travaux de nos Doyens et patriarches Jacques Nsangue Akwa, Emile Joseph Doualla Bell Manga, Guy Ouakam Kamgue, Tognia Djanko, François Owona Elemva, Edouard Din, Laurence Nguosso,  … ??? C’est triste de réaliser aujourd’hui que les architectes ne puissent pas vous citer sans hésiter, 10 œuvres d’architectes en y associant des noms.

Something has to be done!!!

Édith Flaure MIPO TCHINKOU
(Yaoundé le 28 juin 2020)

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS