gtag('config', 'UA-147521085-1', );

Batoufam, le 23 mars 2020

Hommage de S.M.  NAYANG T. Inocent au patriarche FOTSO Victor 

C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le décès du patriarche FOTSO Victor, survenu le vendredi 20 mars 2020 à Paris.

Dans cette douloureuse circonstance, le peuple Batoufam et moi-même adressons nos sincères condoléances à la famille durement éprouvée et leur signifions notre compassion.

Le patriarche FOTSO Victor est l’un de ces valeureux fils du Cameroun dont le passage sur terre n’aura pas été inaperçu et dont l’absence sera à jamais inoubliable. Il est communément dit en Afrique qu’ : « un vieillard qui meurt est comme une bibliothèque qui brûle ». Son décès est une grosse perte pour la nation camerounaise.

Patriarche, tu pars avant nous, … et ta disparition nous rappelle comme une évidence que nous sommes finalement bien peu de choses et qu’il faut profiter de chaque seconde, de chaque minute ici-bas…

Mon peuple et moi avons été très heureux que tu nous en accordes quelques-unes… Toi, qui savais faire beaucoup avec si peu, toi qui savais cultiver l’amour et l’amitié… tu rendais ces moments rares et uniques…

Comme père et conseiller, tu as légué des valeurs morales au peuple Batoufam. Je peux encore me souvenir de ses rencontres pendants lesquelles, s’adressant spécifiquement aux Batoufam, tu disais en personne avertie : « Prenez les initiatives même si vous n’avez pas de moyen. » «  Chacun a toujours quelque chose de bien à donner à son prochain ». Ceci pour nous faire comprendre que chacun a une tâche à accomplir dans la société.

L’image contient peut-être : arbre, plante, ciel, plein air et natureOui ! Ta largesse envers ta nation ne s’est pas limitée au niveau des grandes instances de la République, car tu es venu jusqu’à nous, ici-même, à Batoufam, où tes actions sociales ne sont pas des moindres. La construction de la Chapelle de l’Eglise catholique de Mbé, la construction de nombreuses salles de classes à l’Ecole catholique de Mbé et à l’école bilingue de Batoufam Chefferie témoignent de tes bienfaits pour cette communauté qualifiée de « petit village au grand cœur ».

« Fô Wa Gabigung », tu laisses un vide immense derrière toi ! C’est avec beaucoup de tristesse et de compassion que nous présentons nos plus sincères condoléances à toute ta famille et à la communauté sœur de Bandjoun, pour leur témoigner notre soutien dans ce moment douloureux.

PATRIARCHE, VA ET REPOSE EN PAIX, ET QUE LA TERRE DE NOS ANCÊTRES TE SOIT LÉGÈRE !

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS