gtag('config', 'UA-147521085-1', );

A entendre parler de l’histoire des noirs, cela suscite mille et une questions en celui qui n’en sait pas grande chose. L’histoire des noirs renvoie-t-elle à la vie des noirs en Afrique ? Est-ce l’histoire des esclaves noirs déportés au moment de la traite négrière ? S’agit-il de l’histoire des noirs qui ont marqué l’histoire de l’humanité ? Parle-t-on de l’histoire des noirs d’une certaine époque donnée ou alors celle des noirs de toutes les époques ? Etc. telles sont entre autres les questions dont une réponse objective et rationnelle permettra à la majorité de personnes de s’imprégner de la réalité autour de ce concept au centre d’une première célébration en Afrique, et particulièrement au Cameroun.

Historique du mois de l’histoire des noirs

Le mois de l’histoire des noirs est une résultante de la Negro History Week (la semaine de l’histoire nègre), une initiative du Dr Carter G. Woodson (né aux États-Unis en 1875 et décédé en 1950), en février 1926, soit 94 ans en arrière. Le choix du mois de février ne s’est pas fait de manière anodine. Ceci se justifie par la naissance de deux grands abolitionnistes de l’esclavage, Frederick Douglas et Abraham Lincoln, en ce mois le plus court de l’année.

Il faut préciser qu’en regardant plus profondément à la carrière et aux œuvres du Dr Carter G. Woodson, on se rend compte qu’il est le créateur d’un courant d’analyse plus scientifique des contributions des Noirs à l’histoire universelle ; « il combattit, par la recherche et l’éducation, le racisme et les préjugés de la société ».

« Son plus grand rêve était d’intégrer l’histoire africaine dans les programmes d’études des écoles. Pour lui, il ne suffisait pas que l’histoire africaine fasse l’objet d’un enseignement scolaire, mais il fallait aussi que l’instruction soit faite dans le respect et de manière plus sensible à la diversité.[1] »

Reconnu officiellement par le gouvernement américain en 1976, à l’occasion de la célébration du bicentenaire américain, c’est en février 1970 que la « Semaine des Noirs » a connu une expansion en « Mois de l’histoire des Noirs », grâce au « leader des Black United Students de la Kent State University ». Il faut préciser que l’objectif initial de la dite manifestation était de « coordonner l’enseignement des Noirs américains dans les écoles publiques ».

Cet événement dont l’objectif était de commémorer d’une manière plus fidèle et plus objective l’histoire des Noirs, est aujourd’hui célébré dans les plus grands centres urbains en Amérique du Nord, en Afrique, en France, aux Caraïbes, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, et en Afrique en cette année 2020, le Cameroun faisant partie des pays privilégiés.

Célébration du mois de l’histoire des noirs en Afrique

L’année 2020 marquera la première édition de la célébration de cette commémoration en terre africaine.  Ceci se fera sous la conduite de MÉLINA SEYMOUR, Coordonnatrice générale du Black History Month Africa / Mois de l’Histoire des Noirs en Afrique, Fondatrice du Concours International Femmes Noires Inspirantes, Auteure, et Entrepreneure sociale.

Contextualisant cette commémoration sur la page facebook «Black History Month Africa / Mois de l’Histoire des Noirs en Afrique » il est clairement énoncé ce qui suit : « cette commémoration qui se déroulera dans 10 pays d’Afrique, du 1er au 29 février 2020, propose un regard sur le « Mois de l’histoire des Noirs » vu et vécu par des africains du continent, avec la contribution des afro descendants de la Caraïbe ; et non pas avec un regard de « noirs américains ». Nous avons d’innombrables personnalités africaines du continent qui ont des citations, des œuvres et des actions qui ont contribué à bâtir le continent africain. Notre jeunesse doit connaître notre histoire pour savoir où elle va ! Le Mois de l’histoire des Noirs AFRIQUE se matérialise pour que les africains racontent eux-mêmes leur histoire qui est celle de l’humanité.
L’histoire des africains n’a pas débuté avec l’esclavage ou le colonialisme, mais avec des Rois et des Reines Africains. Voilà toute l’histoire du Continent africain que nous voulons faire connaître aux jeunes et même aux aînés. »

De tout ce qui précède, il fut bien comprendre que cette commémoration est une moyen de susciter de l’éveil et une prise de conscience chez les peuples africains, quant aux contributions des noirs à l’histoire de l’humanité. En parcourant en profondeur l’histoire de l’Afrique et celle  des Africains, on peut se rendre tristement compte qu’ « en Afrique, tout comme aux Antilles, notre histoire a toujours été clairsemée, dépouillée et vidée de sa substance et est encore très mal enseignée voire pas du tout dans les manuels scolaires. »

Célébration du mois de l’histoire des noirs au Cameroun

L’image contient peut-être : 1 personneTout comme les 9 autres pays frères, le Cameroun accueillera cet événement du 1er au 29 février prochain. Sous l’égide de l’association Africa Mondo Cameroun en partenariat avec OSER L’AFRIQUE ( O’Botama), dans le cadre d’une exposition permanente du 1er au 29 février 2020, l’occasion sera donnée au grand public d’entrer en contact avec cette célébration qui vient mettre en exergue la vérité suivant laquelle « l’histoire indique aux peuples où ils ont été, ce qu’ils ont été, où ils sont et ce qu’ils sont. De façon plus importante l’histoire indique aux peuples où ils doivent partir et ce qu’ils doivent être. »

L’image contient peut-être : 1 personne, souritLa cérémonie d’ouverture se tiendra le samedi 1er février à l’Amphi 700 de l’Université de Yaoundé 1, à partir de 10h. Cinquante ans après les Etats-Unis, l’Afrique célèbre son histoire commune avec les Afro-descendants de toute la diaspora à travers le thème : « l’apport du continent africain et des Afro-descendants dans l’économie mondiale »

Auteur: MIPO TCHINKOU Edith Flaure

Architecte – Urbaniste, passionnée de Culture

[1] Origine du MHN, https://moishistoiredesnoirs.com/fr/a-propos/origine-du-mhn

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS