gtag('config', 'UA-147521085-1', );

CAMEROUN: GRAND CONCERT GOSPEL POUR LA PAIX, OU SONT PASSÉES LA SPÉCIFICITÉ ET  L’IDENTITÉ CULTURELLE CAMEROUNAISES? 

Organisé ce 10 janvier au  stade omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, le Grand Concert Gospel pour la Paix au Cameroun semble avoir été organisé pour des raisons bien différentes de ce qui a été annoncé au grand public. Les quatre artistes de renommée internationale venus des Etats-Unis ont tour à tour fait occupé le podium à la grande appréciation du public. Il s’est agit de: Dietrick Haddon, Kierra Sheard, Uche Agu, et Israel Houston.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes sur scèneTout a commencé par une grande animation d’une chorale « de circonstance » qui a livré au public un très grand spectacle autour des chansons gospel, mais pas du ressort du registre des chrétiens camerounais qui pour plusieurs, auraient aimé se reconnaître dans les chansons et les messages véhiculés. On se serait attendu à une ouverture du concert par : une minute de silence pour les disparus dans les différentes crises que connait le Cameroun, ou alors par l’exécution de l’hymne national du Cameroun.  Mais que non ! Rien de tout cela n’a semblé être d’une priorité, ni pour les organisateurs, ni pour les présentateurs. On pourrait alors se demander s’il s’agissait juste d’un concert de détente et de divertissement ou alors d’un concert pour la paix au Cameroun.

 

Vous avez dit « PAIX AU CAMEROUN !!! » Un des animateurs gospel au Cameroun m’a fait cette confidence : « il devait normalement avoir dix drapeaux hissés, pour symboliser les dix régions du Cameroun. Je m’attendais à ce qu’on nous parle d’une action sociale menée à cette initiative, en hommage aux déplacés internes, pourquoi pas les inviter à ce concert et les habiller en tenues traditionnelles de nos différentes aires culturelles. » Il est judicieux d’être de cet avis lorsqu’on sait que les populations du NOSO ou de l’Extrême-nord devant leurs écrans de télévisions doivent certainement se demander si on se moque d’eux ou alors on est véritablement concerné par leurs douleurs.

 

Concert pour la paix au Cameroun, sans un arbre de la paix quelque part ? Vous allez me dire qu’il s’agit de l’église, et je vous dirais qu’il s’agit d’un concert pour la paix au Cameroun, et en matière de symbolique de la paix dans ce pays Afrique en miniature, l’arbre de la paix met tout le monde d’accord.

 

S’agissant des artistes, un seul à fait montre de son adhésion à la thématique du concert en prenant avec lui le drapeau du Cameroun; pourquoi pas les autres?     Sous d’autres cieux, les artistes demandent à avoir le drapeau du pays hôte, qu’ils lèvent en signe d’identification à la nation et à la cause circonstanciellement défendue. Pour ce qui est de la foule, on a pu observé moins d’uns dizaine arborant le drapeau tricolore.

Était-il vraiment nécessaire de faire venir les artistes des Etats-Unis pour chanter pour la paix au Cameroun, avec la panoplie d’artistes que regorge le pays de la défunte Madeleine Colombe YOUMBI, de Odile Ngaska, du Prince de Jésus, … ? Toutes les chansons en anglais dans un pays bilingue, avec un public à plus de 70% d’expression française. Un patriarche m’a dit un jour : « QUAND TU AS QUELQUE CHOSE DE VRAIMENT PROFOND A DIRE A DIEU ET TU VEUX QU’IL T’ENTENDE ET TE COMPRENNE PROFONDÉMENT ? PARLE-LUI EN TA LANGUE. » Avec plus de 250 langues que compte le Cameroun, on se serait attendus que le concert pour la paix se fasse dans les variétés de langues, élément fondamental de notre patrimoine culturel et identitaire.

Parler à la terre et aux cieux du Cameroun comme l’a fait la dame à la prière d’ouverture, revient à parler aux esprits de nos grands lieux sacrés du pays (le Mont Cameroun, les rochers du Ngock-Etoundia, les chutes, les lacs jumeaux du Mont Manengoumba, etc.

 

Prier pour la paix au Cameroun, est-ce vraiment le moment des grandes prédications ? La prise de parole par l’un des pasteurs à l’initiative de ce concert (Rev. Philip OJONG) a duré le temps d’une prédication ordinaire, sur le thème : « EST-CE QUE TOUT MARCHE BIEN AVEC TOI ? » Quelqu’un s’est exclamé en demandant le lien avec la paix au Cameroun. Néanmoins, la succession des artistes sur la scène et la diffusion en direct sur les antennes de la chaîne de télévision Canal 2 aura permis aux uns et aux autres d’émettre leurs appréciations quant à l’organisation, au déroulement et surtout à l’atteinte des objectifs visés.

POUR UN CONCERT EN VUE DE LA PAIX AU CAMEROUN, IL SERAIT IMPORTANT DE LA FAIRE AVEC CEUX QUI CONNAISSENT BIEN LES CIRCONSTANCES ET LES RÉALITÉS DE TERRAIN. Qu’a-t-on fait des multitudes d’artistes (gospel ou pas) qui ont chanté pour la paix au Cameroun ? Quel bilan peut-on faire de ce concert qui a mobilisé d’énormes ressources humaines, spirituelles, matérielles, techniques et surtout financières ? S’il fallait le refaire, quels sont les angles à réajuster ? C’est sous cet ensemble de questions que nous mettons fin à notre réflexion autour de cet événement culturel qui a rassemblé des milliers de camerounais ce jour au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

FÉLICITATIONS AUX ORGANISATEURS POUR CETTE INITIATIVE LOUABLE, MALGRÉ LES MANQUEMENT OBSERVES, AUCUNE ŒUVRE HUMAINE N’ETANT PARFAITE.

Auteur: Edith Flaure MIPO T.,

Architecte-Urbaniste,

passionnée de Culture

 

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS