gtag('config', 'UA-147521085-1', );

L’ARCHITECTURE AU CAMEROUN : L’IMMEUBLE SIÈGE DE LA CAISSE AUTONOME D’AMORTISSEMENT

La Caisse Autonome d’Amortissement en abrégée CAA a été créée en 1985, par Décret Présidentiel N° 85/1176 du 28 août 1985. La Caisse Autonome d’Amortissement du Cameroun est un établissement public dont l’objectif est de rendre le marché monétaire et financier du Cameroun fiable et sécurisant. Elle est située à Yaoundé, au Boulevard du 20 Mai (sur l’avenue Ahmadou Ahidjo)  juste à côté de l’immeuble abritant l’opérateur public de téléphonie du Cameroun (Camtel).

Compte tenu de l’importance de cette structure, et de ses missions dans le paysage socio-économique au Cameroun, nous avons trouvé judicieux de nous pencher sur le côté architecture, afin de voir quel est l’impact de cet édifice, situé en pleine capitale du Cameroun, sur le paysage urbain, ainsi que son apport sur le plan pédagogique. Selon l’ONU Habitat (2007), « La dynamique urbaine à Yaoundé est très complexe. Elle est étroitement liée aux contingences historiques qui ont présidé à la création de la ville, mais aussi aux données socioculturelles, politiques et économiques ayant rythmé l’évolution du Cameroun ces cinq dernières décennies. » C’est dans cette perspective qu’il est important de chercher à comprendre ce qu’il y’a eu comme apport dans le paysage urbain de Yaoundé, avec la construction de cet édifice, qui constitue l’un des plus importants de la cité capitale.

Construit sur une superficie de 5.000 m², c’est un immeuble siège de la CAA est constitué de 11 étages, plus trois niveaux de parkings.

Expliquant le concept derrière ce projet,  l’architecte François Ovono Elemva, mandataire du groupement Cauduc/Egis Cameroun, chargé de réaliser les travaux, fait savoir que « le choix architectural (longiligne en forme de L) s’est fait sur la base des contraintes liées au respect de la réglementation d’urbanisme et d’architecture du centre-ville de Yaoundé. L’accent a également été mis sur l’innovation. Par conséquent, la construction a prévu un bloc de granite et de verres, un dispositif de protection contre le vent et les nuisances sonores, un système de climatisation ultramoderne et sur le toit, des panneaux solaires pour générer l’énergie renouvelable. »

La fondation est semi profonde notamment pour des besoins d’un parking estimé à 410 places. La moitié des locaux sert à la location à usage commercial ou administratif. Le bâtiment annexe comprend une salle de conférence avec toutes commodités confondues, une cantine, une crèche, une salle de sport, et une infirmerie.

la salle de fête

 Projet réalisé par l’entreprise espagnole Construcciones Galdiano SA à hauteur de 14 milliards de Fcfa, il faut noter qu’il avait été entamé par le groupement Cauduc/Egis Cameroun, le premier adjudicataire du marché dont le contrat avait été résilié, et qui avait  perçu une avance de 3 milliards Fcfa.  Ce qui revient à dire que le coût de l’opération de ce joyeux architectural est d’environ 17 milliards de FCFA.

Peut-être peut-on justifier le coût de ce projet en essayant de comprendre quel est effectivement le rôle de la CAA dans ce pays. Il est de ce fait nécessaire de rappeler les missions de cette structure qui sont les suivantes :        

  • Gestion des fonds d’emprunts publics de l’Etat, des organismes publics ; parapublics et de ses correspondants ;
  • Fournir au Gouvernement des éléments nécessaires à l’élaboration de la politique d’endettement du pays ;
  • Rechercher, étudier et négocier les financements extérieurs et intérieurs de l’Etat, en liaison avec les Départements ministériels intéressés ;
  • Participer au marché monétaire et financier.

Nous vous reviendrons pour des informations complémentaires …

      

Rédigé par: Edith Flaure MIPO T.,

Architecte-Urbaniste, passionnée de culture

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS