gtag('config', 'UA-147521085-1', );

 

(Tableau 50cm*70cm)
Auteur Alain Abanda dit Alain 5 Ba’aba

DEUX AIRES CULTURELLES, MÊME PASSION !

Lui c’est Alain ABANDA, un compatriote dont le patronyme laisse voir qu’il n’aurait aucun lien avec Batoufam. Cependant, il est l’un des membres fidèles et actifs du groupe « Batoufam et Fière de l’Etre » sur Facebook. J’ai quelque fois lu ses poèmes sur les réseaux sociaux, sans jamais chercher à coller un visage au nom.

En tant que poète, c’est une plume à féliciter et à encourager, car il est une source d’inspiration et le sera encore pour plusieurs. L’une de ses ambitions, révolutionner le monde de l’art, en amenant les artistes et les artisans à prendre conscience de leur valeur sociale.

Je me sens particulièrement honorée de recevoir ce prestigieux cadeau de toi Alain ABANDA. C’est un honneur de recevoir une reconnaissance d’un compatriote de ce calibre. Que ceci soit une interpellation à l’endroit des autres, à savoir, reconnaître les valeurs des autres et les féliciter sans hypocrisie, ni jalousie.

C’est avec les larmes aux yeux que j’ai lu ce texte sur Facebook: « J’ai eu l’immense honneur de rencontrer cette géante dame de la culture Camerounaise, brave architecte, bénie de Batoufam. Vu la manière dont elle se comporte avec les artistes, en tant qu’observateur à distance, j’ai voulu lui rendre cet hommage ! Merci Madame Flaure Bénie Tchinkou, pour le travail que vous abattez ! » Par ailleurs, justifiant sa motivation à rendre cet hommage, il ajoute: « En réalisant ce travail, j’ai également voulu rendre hommage à la beauté de la femme Batoufam. Un tableau grandeur nature décrivant cette honnête et digne fille du terroir, fille du Cameroun, qui fait rayonner ses ancêtres à travers ses magnifiques et retentissantes photographies, sa culture et sa simplicité. Le soleil brille aussi à Batoufam, et là-bas les femmes sont belles ! Appréciez par vous même l’élégance, la beauté, l’harmonie des couleurs, la majesté dans le poster, et à travers les colonnes du poème, appréciez comment l’on chante, comment l’on célèbre une femme forte, et digne de grands hommages ! »

il faut noter que ce poème n’a laissé aucun lecteur indifférent. plusieurs ont tenu, d’une manière ou d’une autre, à se joindre à l’artiste écrivain  Alain Abanda, pour reconnaître le mérite de leur compatriote, architecte, passionnée de culture, que je suis.  C’est une joie immense de recevoir une aussi grande reconnaissance de son vivant. Il faut cependant noter que parmi les réactions, quelqu’un a tenu ou a voulu faire comprendre à l’auteur qu’il n’aurait pas dû préciser qu’il s’agit d’une fille Batoufam.

Alors, il a pris le temps et en des termes très explicites, pour se faire comprendre. Il explique:

« OUI JE SUIS OBLIGÉ DE LE FAIRE, POUR PLUSIEURS RAISONS: 

  • Premièrement : Elle est Camerounaise, et le Cameroun a 250 ethnies qui s’imbriquent d’une manière totale
  • Deuxièmement : elle est donc aussi Batoufam, et ça je n’ai pas le droit de le nier. Nul n’a le droit de le nier…
  • Troisièmement : Nous ne devons pas tomber dans le piège de la négation de l’autre. Ce n’est pas parce que nous sommes un peuple uni que nous devons cacher nos origines (c’est plutôt hypocrite, ce serait une grosse aliénation, et tôt ou tard ça pourrait ressurgir en un sourd conflit), donc nous devons apprendre à nous accepter, et à considérer l’autre amplement avec toutes ses caractéristiques biologiques, sociales (linguistique, culturelle), car c’est là notre richesse, et on a pas le droit de traiter cette richesse avec hypocrisie !
  • Quatrièmement : J’aimerais bien qu’un jour cet acte tienne les générations à venir au courant de notre génération. De leur laisser un message selon lequel, l’ethnie n’a jamais été un obstacle à la valeur et à la conscience nationale et patriote. Quand ils me liront, ils trouveront dans mes mots le message de notre époque. Je n’écris pas que pour aujourd’hui, et j’écris avec toutes mes facultés… Il faut que demain ils sachent écouter le patriote et reconnaître sa valeur de la manière la plus honnête, et que la vérité soit première malgré les diversités culturelle (cette diversité doit survivre)…
  • Cinquièmement : Batoufam est très poétique. La sonorité de ce mot est juste magnifique et incite à découvrir. Batoufam est une fierté. Batoufam c’est aussi l’histoire du Cameroun avec l’honorable et perpétuel Samuel Wanko et pleins d’autres qui sont des noms à retenir dans l’histoire du Cameroun. C’est donc un grand honneur d’être originaire de Batoufam !
  • Sixièmement : La liste est longue.

Merci pour votre compréhension. J’espère avoir répondu. J’aimerais vraiment croire que vous comprendrez ma vision des choses qui n’est pas hasardeuse, mais sincère ! »

Vivement que nous unissions nos forces et travaillions en synergie pour révolutionner le secteur artistique et artisanal dans notre pays.

MERCI ENCORE CHER FRÈRE !!!

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS