gtag('config', 'UA-147521085-1', );

Après que la première partie du Kack se soit déroulée dans différentes concessions des Nwembo, à la veille du Kack à la Chefferie, le jour du « Nze-Nze », le père initiateur des Kapchi va au petit matin avec les Kapchi dans la forêt sacrée du village pour leur initiation à la danse.

Le soirée du même jour, le père initiateur retourne dans la foret avec le Chef et certains notables pour y passer la nuit afin d’évoquer les dieux pour leur demander leur bénédiction. De l’autre côté, la personne qui représentera le dieu animal s’en va dans une autre forêt pour faire le rite pour le lendemain, question de demander la bénédiction des ancêtres. Le matin venu, le « Liètchack », le Chef ressort de la forêt avec ses compagnons aux environs de 11heures. Le retour triomphal du Chef de la forêt connote une bonne nouvelle, celle de la BÉNÉDICTION des dieux.

Apres son retour, le Chef donne à manger à la population et cette nourriture est composée du haricot koki, de la viande de chèvre, et du sel. Notons que ce mélange se fait dans une grande calebasse en bois. Apres que la population ait mangé et bu, les festivités commencent.

C’est le dieu animal qui ouvre le bal. C’est une équipe constitué de plusieurs personnes qui suivent le dieu animal en lui jetant des mots tels : « la sorcellerie n’est pas bien », « le mensonge n’est pas bien », « l’on se doit pas chercher à tuer ton frère », « l’homosexualité n’est pas bien »… et pendant qu’on prononce ces mots, le dieu animal arrête de marcher parce qu’il est fâché ». Mais quelques temps après, on le comble d’éloges comme « La paix est bien », « l’amour du prochain est bien » , « la vertu est bien », « la succes est bien », et bien d’autres choses qui ravissent le cœur du dieu et en ce moment il avance tout content et tout joyeux.

Tout ceci se fait dans d’une part pour interpeler la population sur un certains nombres de fléaux qui peuvent détruire le village et empêcher sa prospérité tout en montrant ce que l’on doit faire pour être toujours unis et pour que les dieux soient toujours à l’écoute de nos prières. Apres que le dieu animal ait fait le tour de la cour, c’est au tour du dieu végétal de faire son entré.

Cette scène est représentée par trois personnes. L’un au milieu représentant le dieu végétal, et les deux autres à ses extrémités reprenant les protagonistes. Pendant que l’un tire la corde, l’autre tire l’autre et pendant ce temps le dieu végétal se bat pour s’enfuir. Cette scène traduit simplement que Dieu n’appartient à personne. Dieu est pour tout le monde. Apres cette étape les mères des jumeaux (« megne ») et les Kapchi (Notable de dieu) commencent la danse.

Les mères des jumeaux initiées le jour de la danse, elles sont alignées en fonction de la période d’initiation et en fonction du nombre de paires de jumeaux. Les nouvelles initiées s’alignent directement après « la mère initiatrice ». Ensuite les mères dont les jumeaux qui vivent encore et enfin les mères qui ont déjà perdu soit un enfant soit les deux ou les trois à la fois.

NB: Les images sont celles du Kack 2017.

Édith Flaure MIPO T.

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS