gtag('config', 'UA-147521085-1', );

Edith Flaure MIPO T. est une architecte-urbaniste dont le rêve est de marquer de son empreinte l’histoire de l’Architecture au Cameroun et en Afrique à travers la Culture. Diplômée de l’Institut des Beaux-Arts de l’Université Douala à Nkongsamba, elle est de la première promotion des Architectes « made in Cameroon ». Assistante au Chef de Département d’Architecture et d’Urbanisme à l’ENSTP Yaoundé depuis 2016, elle enseigne comme vacataire dans la même école et à l’Institut des Beaux-Arts de l’Université de Dschang à Foumban.
Parallèlement à son activité d’enseignante, elle mène des recherches sur les questions urbaines, architecturales, environnementales, culturelles et patrimoniales, qui se traduisent par des publications et qui témoignent de son souci de parvenir à être dans quelques années, une référence sur lesdites questions.

Elle a participé à des séminaires internationaux aux thèmes variés ainsi qu’a plusieurs tables rondes, a été membre de plusieurs jurys en Architecture et en Urbanisme (Institut des Beaux-Arts de Foumban et Ecole Nationale supérieure des Travaux publics de Yaoundé), est Présidente fondatrice de deux Associations aux rangs desquels Kotchink (African Culture and Paradigm) dont l’objectif est de promouvoir le patrimoine culturel.
Elle travaille depuis 2014, en collaboration avec l’architecte belge, Said BAKRIM, du Cabinet bAK Architecture dont le siège est basé en Belgique. Elle compte à son actif plusieurs projets réalisés et en cours de réalisation.
Elle pense que l’architecte camerounais devrait allier la culture à la modernité pour une architecture contextuelle et originale, en s’outillant de la méthode d’interprétation de nos éléments culturels.

Elle croit que la culture africaine en générale, et camerounaise en particulier est d’une richesse exceptionnelle, quoique plusieurs semble ne pas comprendre son importance dans la vie quotidienne. Il est dont indispensable de faire de cette richesse culturelle une arme forte de préservation de notre identité.
Elle se donne pour mission de vulgariser, valoriser, préserver et veiller à la pérennisation de la culture africaine en générale, et la Culture camerounaise en particulier. Elle se veut de faire comprendre l’importance de nos cultures pour le développement du Continent, car selon elle, et cela est vérifié, NOTRE CULTURE, C’EST NOTRE FUTUR.

error

Vous aimez Kotchink? Abonnez vous!

LinkedIn
Share
Follow by Email
RSS